Volume I Numéro 1, Janvier – Juin 2013

STRATEGIES POUR LA REHABILITATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE EN RDCONGO   2

Lunanga M. M, 2

Section EASI, ISTM/Bukavu. 2

RELATIONS ENTRE LES PRATIQUES D’ALIMENTATION DE COMPLEMENT ET LA MALNUTRITION AIGUE SEVERE CHEZ LES NOURRISSONS ET LES JEUNES ENFANTS DE 6 A 36 MOIS DANS LES ZONES DE SANTE DE BAGIRA-KASHA ET DE KADUTU, SUD-KIVU,  RDCONGO.. 3

Ndirhuhirwe N. R.1, Nyaminani R. 1,  Munyuli T.M.B. 1,2*. 3

Résumé. 3

CONTRIBUTION A L’ETUDE DES PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES DES VINS DE LA BANANE A BIERE PRODUITS PAR LES PAYSANS DE LUHIHI/ KABARE-EST DE LA RD CONGO.. 5

Nsambu P.M.1, Nyakati G.T1, Ndafa E.O.1, Mituga V. N. 1 Baderha J.K. 2Balezi Nalwindi1. 5

ESSAI DE PREPARATION DE LA FARINE DES BANANES DE TABLE EXTRA MURE (MUSA NANA) ET SON INCORPORATION DANS LA PREPARATION DES BISCUITS. 6

Nyakati .G*,    Katembo H.J**  Nsambu P*. 6

* Institut supérieur d’études agronomiques et vétérinaires / Mushweshwe. 6

Correspondance : Nyakati G. 7

CONNAISSANCES, ATTITUDES ET PRATIQUES DES MALADES DU SIDA FACE  LEUR MALADIE A BUJUMBURA AU BURUNDI 8

*Mulongo Mbarambara P1, Ntagirabiri R2. 8

FACTEURS DE RISQUE D’ACQUISITION DES BACTERIES PRODUCTRICES DES BETA-LACTAMASES A SPECTRE ELARGI A L’HOPITAL PROVINCIAL GENERAL DE REFERENCE DE BUKAVU.. 10

Itongwa M.M.2, Kyambikwa C. B.1, Emmanuel A3. 10

Résumé. 10

EVALUATION  DE L’ACTIVITE MOLLUSCICIDE DES EXTRAITS TOTAUX AQUEUX ET ETHANOLIQUES D’ENTADA ABYSSINICA ET DE RHOÏCISSUS ERYTHROÏDES SUR BIOMPHALARIA PFEIFFERI, HOTE INTERMEDIAIRE DE SCHISTOSOME MANSONI. 12

Nsambu P.  M.1, Nyakati G.T.1, Ndafa E.O.1, Mituga V. N.1. 12

UTILISATION DU JUS DE CITRON DANS LA NUMERATION LEUCOCYTAIRE : VERS LA MISE AU POINT D’UN REACTIF LOCAL DE TYPE TÜRK.. 14

Wakeka K. Cl. 1, Balegamire B.JP2. 14

DETERMINANTS SOCIO-ECONOMIQUES DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE PAR LES PATIENTS DANS LES HOPITAUX DE REFERENCE DU DISTRICT SANITAIRE. 16

DE BUKAVU. 16

Cirhuza M. A., MPH, section santé publique. 16

PERCEPTIONS POPULAIRES ET PROFESSIONNELLES DES DIARRHEES INFANTILES DANS LA VILLE DE BUKAVU,RD CONGO. 17

Wabatinga K.G, (1),  Balegamire Byenda JP, (1), Bahizire A, (2), Shamavu R, (2). 17

STRATEGIES POUR LA REHABILITATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE EN RDCONGO

Lunanga M. M,

Section EASI, ISTM/Bukavu

 

Résumé

Manger en R.D.Congo est un défi de tous les jours pour les Congolais, plus maintenant qu’auparavant.  Mais c’est plus un problème de pauvreté généralisée et de manque de pouvoir d’achat que d’échec agricole et de commercialisation défaillante.  La situation sur le terrain est sans doute plus difficile que les statistiques et les enquêtes de différentes ONGs nous l’indiquent.  Les Congolais sont passés maîtres dans l’art de développer des stratégies de lutte (“coping strategies”) et de faire face à des chocs imprévus et des aléas.  Le refuge dans le secteur informel et la débrouillardise sont apparemment la source inépuisable de moyens de survie.  Ceci dépasse souvent la logique cartésienne qui caractérise les cultures européennes.  Dans cet article nous analysons les causes de l’insécurité alimentaire en R.D.C et proposons des solutions éventuelles.

Mots-clés : sécurité alimentaire, pauvreté, agriculture, nutrition, production

RELATIONS ENTRE LES PRATIQUES D’ALIMENTATION DE COMPLEMENT ET LA MALNUTRITION AIGUE SEVERE CHEZ LES NOURRISSONS ET LES JEUNES ENFANTS DE 6 A 36 MOIS DANS LES ZONES DE SANTE DE BAGIRA-KASHA ET DE KADUTU, SUD-KIVU,  RDCONGO

 

Ndirhuhirwe N. R.1, Nyaminani R. 1,  Munyuli T.M.B. 1,2*

 

1 Section de Nutrition et Diététique, ISTM-Bukavu.

Centre de recherche pour la promotion de la santé

* Auteur pour la correspondance: Munyuli Th.

Email: tmunyuli@gmail.com, munyuli@yahoo.com;

Mobiles: +243992143245, +243856083209

Résumé

La malnutrition est un problème majeur de la santé publique dans le monde. La malnutrition aiguë demeure un problème de santé publique en milieu rural et urbain. Cette  étude a été réalisée dans  les zones de santé  de Bagira-Kasha et de Kadutu. Ces zones de santé organisent des structures de prise en charge de la malnutrition à travers les UNTA (unité nutritionnelle thérapeutique ambulatoire), les UNTI (unité nutritionnelle thérapeutique intensive)  et le suivi dans la communauté afin de prévenir la malnutrition aiguë dans la communauté.  Un questionnaire était utilisé pour déterminer les causes de l’apparition de la malnutrition chez les enfants en âge de croissance dans ces zones de santé. L’enquête visait à  connaître les pratiques alimentaires antérieures en rapport  avec l’état nutritionnel actuel des enfants. Cette enquête a été conduite  dans les structures de prise en charge des enfants mal nourris de Mai à Juin 2012. Les données d’enquête ont été utilisées pour vérifier la pratique de principe FQCUA (Fréquence, Quantité,  Utilisation, Alimentation active) et l’état nutritionnel actuel des enfants. Les résultats de l’enquête (appuyée par la vérification du principe FQCUA) indiquent que  67% d’enfants de moins de 5 mois ont reçu autre aliment que le lait maternel, 27 % d’enfants de plus d’un an reçoivent les aliments solides et 6 % de ces enfants reçoivent plus de 3 repas par jour à Bagira-Kasha. Des tendances similaires sont observées aussi dans  la zone de sante de Kadutu.  La relation entre les principes FQCUA de l’alimentation et l’âge des enfants démontre que la quantité de repas donnée aux enfants (P =0,024) et la consistance de repas (p= 0,003)  déterminent de manière significative  la probabilité  de  l’apparition de la malnutrition aiguë sévère dans la zone de santé de Bagira-Kasha. Les aliments utilisés pour l’alimentation de complément chez les enfants sont disponibles ; les légumes sont plus utilisés suivis des légumineuses et des céréales. Ceci étant,  on peut conclure que l’apparition de la malnutrition aiguë sévère chez les enfants de 6 à 36 mois dans les  zones de santé de l’étude serait plus influencée par la quantité et la consistance ou texture de la nourriture (p<0,001). Il est recommandé l’utilisation des aliments locaux disponibles et la sensibilisation des mères sur la bonne préparation de ces aliments locaux dans l’alimentation de complément.

Mots-clés : Malnutrition aiguë sévère,  Alimentation de complément,  Pratiques alimentaires,     Milieu urbain, Sud-Kivu,  RDCongo.

CONTRIBUTION A L’ETUDE DES PARAMETRES PHYSICO-CHIMIQUES DES VINS DE LA BANANE A BIERE PRODUITS PAR LES PAYSANS DE LUHIHI/ KABARE-EST DE LA RD CONGO

Nsambu P.M.1, Nyakati G.T1, Ndafa E.O.1, Mituga V. N. 1 Baderha J.K. 2Balezi Nalwindi1.

 

  1. Institut Supérieur des Etudes Agronomiques et Vétérinaires (ISEAV) Mushweshwe. B.P 19 Bukavu
  2. Institut Supérieur de Techniques Médicales/ ISTM Bukavu

E-mail : nsambumukonduasumu@yahoo.fr

Résumé

Les boissons fermentées ont une importance capitale pour les peuples africains. Certains peuples utilisent la sève de palmier, par contre d’autres utilisent les breuvages résultants du brassage de céréales ou de la fermentation spontanée de solution sucrée.

Au Congo, en général et à Luhihi en particulier, bon nombre de familles fabriquent ou font fabriquer les vins de la banane à bière. Ces  vins sont vendus ou troqués; ils servent au paysan SHI à rétribuer la main d’œuvre agricole, ils sont l’indispensable complément de toute fête ou cérémonie : naissance, mariage, funérailles, …

Une étude faite au laboratoire de l’Office Congolaise de Contrôle de Bukavu a permis de comparer les valeurs des paramètres physico-chimiques des vins de la banane à bière aux normes du Code international des pratiques œnologiques. Afin d’apprécier la clarté des échantillons des vins faisant l’objet d’étude, ceux-ci étaient transvasés dans l’entonnoir contenant un papier filtre plié en quatre parties à l’avance et enfin dix personnes donnaient leur point de vue relatif à la clarté du filtrat ; le pH a été déterminé par potentiométrie  au moyen du pH-mètre dont la précision est d’ordre de 0,05 unités près ; la densité relative a été évaluée grâce à la formule ci-après : ; le degré alcoolique à son tour a été déterminé par distillation des échantillons des vins ; l’acidité totale ou l’acidité tartrique et l’acidité volatile ou acétique ont été obtenues par titrimétrie et enfin un échantillon de dix personnes a été pris pour déguster les vins dont il est question.  Les résultats obtenus ont montré que tous les paramètres physico-chimiques analysés sont conformes aux normes du code international des pratiques œnologiques à l’exception du paramètre pH qui a connu une légère augmentation par rapport au seuil normal.

ESSAI DE PREPARATION DE LA FARINE DES BANANES DE TABLE EXTRA MURE (MUSA NANA) ET SON INCORPORATION DANS LA PREPARATION DES BISCUITS

 

 Nyakati .G*,    Katembo H.J**  Nsambu P*.

* Institut supérieur d’études agronomiques et vétérinaires / Mushweshwe

** Institut Supérieur de chimie appliquée de Butembo

Correspondance : Nyakati G.

gerardnyak@yahoo.fr;

Tél : 00243994135515

Mots clés : farine, banane de table, musa nana, extra mûre, biscuits

Résumé : Cette étude faite au laboratoire de l’office congolais de contrôle de Bukavu, visait à comprendre  les conditions de séchage de bananes extra mûres en vue de l’incorporation de sa farine dans la préparation des biscuits. Le mode de séchage utilisé est celle de séchage artificiel. La tentative de préparation de la farine provenant uniquement des bananes de table extra mûres  a échoué étant donné qu’il a été difficile d’arriver au séchage adéquat des tranches de bananes de table extra mûre découpées en couches minces. Ainsi, l’adjonction à la purée des bananes extra mûres des farines  de soja, maïs et du riz à différentes proportions afin de dominer la teneur en eau et en sucre de la purée pour obtenir une pâte qui pourrait être soumise au séchage a facilité le séchage et conduit à l’obtention d’un produit de bonne qualité organoleptique. L’utilisation de la farine composite dans la préparation des biscuits ont révélé que les biscuits constitués de 50% purée des bananes de table extra mûre et 50% de farine de maïs présentaient de bonnes caractéristiques organoleptiques par rapport à d’autres mélanges testés.

CONNAISSANCES, ATTITUDES ET PRATIQUES DES MALADES DU SIDA FACE  LEUR MALADIE A BUJUMBURA AU BURUNDI

 

*Mulongo Mbarambara P1, Ntagirabiri R2.

 

1Section Sciences Infirmières, ISTM/Bukavu, RD Congo

2 Université Catholique de Ngozi, Burundi

Auteur correspondant : Mulongo Mbarambara P,

                                          Email : philmulongo@yahoo.fr

 

Résumé

 

Cette étude visait à évaluer le niveau de connaissances, attitudes et pratiques des malades du Sida face à leur maladie en milieu hospitalier. La présente étude descriptive transversale a concerné 150 malades du SIDA, hospitalisés en médecine interne de l’Hôpital Prince Régent Charles de Bujumbura, du 15 avril au 15 septembre 2006. Un guide d’entretien direct a permis de relever connaissances, les attitudes et comportements des malades interrogés et identifier leurs caractéristiques sociodémographiques. Les résultats obtenus ont montré un niveau de connaissance satisfaisant en matière du VIH-SIDA. Les réactions actuelles face au SIDA sont dominées par la peur, la prière et l’inquiétude pour l’avenir de leurs enfants, pour ceux qui en avaient. Pour une vie positive avec le SIDA, les malades mobilisent des ressources relationnelles, affectives, médicales, un engagement associatif et spirituel.

Cette étude a montré que les malades du SIDA avaient une bonne connaissance sur les modes de transmission et les moyens de prévention du VIH/SIDA surtout chez les hommes. Mais, la peur ainsi que le fait de taire leur statut sérologique au personnel soignant aussi bien qu’à l’entourage dominaient les attitudes des malades du SIDA Notre étude suggère la nécessité d’améliorer les conditions socioéconomiques et culturelles de ces malades en vue de leur permettre d’assumer positivement leur vie avec le SIDA.

 Mots clés : connaissance, attitude, pratiques, VIH-SIDA, Burundi

  

 

FACTEURS DE RISQUE D’ACQUISITION DES BACTERIES PRODUCTRICES DES BETA-LACTAMASES A SPECTRE ELARGI A L’HOPITAL PROVINCIAL GENERAL DE REFERENCE DE BUKAVU

Itongwa M.M.2, Kyambikwa C. B.1, Emmanuel A3.

1ISTM/Bukavu, RD Congo

2Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu, RD Congo

3UCL/Belgique.

Auteur correspondant : C. Kyambikwa Bisangamo1

E-mail : celekyambis@yahoo.fr

Mobile phone : +243843642359, +243997769126

Résumé

Depuis 2010, nous avons assisté à l’émergence d’un grand nombre des bactéries productrices de bêta-lactamases à spectre élargi dans la population des patients admis à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu. L’objectif de notre étude était d’identifier les facteurs de risque associés à l’acquisition de ces bactéries dans cet hôpital.

Nous avons mené une étude cas-témoins durant la période allant du 01 janvier 2012 au 31 décembre 2012. Partant de la technique choisie, notre échantillon était de  196 patients. Pour la collecte des données démographiques et cliniques nous avons fait recours aux dossiers médicaux des patients enquêtés tandis que les analyses bactériologiques nous ont permis de détecter les bactéries résistantes. L’analyse statistique des données a été possible grâce au logiciel Epi info 7.

Nos résultats de l’analyse univariée ont mis en évidence un certain nombre des facteurs de risque d’acquisition des bactéries productrices des Beta-Lactamases à Spectre Elargi. Mais en analyse multivariée, seuls les facteurs comme la prise préalable des antibiotiques, le port de cathéter en hospitalisation et la gravité de la maladie sont restés en association statistiquement significative avec le risque du portage des Beta-Lactamases à Spectre Elargi.

Ainsi nous recommandons à l’Hôpital de surveiller le taux des résistances, de modifier la politique de la prescription des antibiotiques et d’appliquer les précautions d’hygiène recommandées pour  les unités de soins.

Mots clés : Facteur de Risque, Acquisition, Bactéries, Beta-Lactamases à Spectre Elargi.

 

  

 

EVALUATION  DE L’ACTIVITE MOLLUSCICIDE DES EXTRAITS TOTAUX AQUEUX ET ETHANOLIQUES D’ENTADA ABYSSINICA ET DE RHOÏCISSUS ERYTHROÏDES SUR BIOMPHALARIA PFEIFFERI, HOTE INTERMEDIAIRE DE SCHISTOSOME MANSONI.

 

Nsambu P.  M.1, Nyakati G.T.1, Ndafa E.O.1, Mituga V. N.1.

  1. S.E.A.V-Mushweshwe

Contacts :

  • 0994919034/0859339885 ;
  • e-mail: nsambumukondwasumu@yahoo.fr

Résumé

La schistosomiase sévit dans plus de 76 pays dans le monde où plus de 200 millions de personnes sont infectées et plus de 300 milles morts sont enregistrés chaque année.

En Afrique, environ 141 millions de personnes sont touchées par cette maladie tropicale provoquée par les parasites vivant dans l’eau.

En République Démocratique du Congo, le taux d’infestation varie de 5 à 80% d’une localité à une autre, excepté la province de l’Equateur où les investigations n’ont jamais été entreprises.

Au Sud-Kivu, beaucoup de cas s’enregistrent dans la plaine de la Ruzizi et dans les localités environnant le lac Kivu.  Les recherches malacologiques descriptives réalisées à Katana ont révélé la présence de Biomphalaria pfeifferi, dans la région.  Plus récemment, certains groupements du territoire de Kabare (Mushweshwe et Luhihi) enregistrent plusieurs malades de cette parasitose dans des Centres de Santé.  Une étude faite au CRSN/Lwiro a permis de tester l’activité molluscicide des molluscicides botaniques sur Biomphalaria pfeifferi.  Les résultats obtenus ont montré que les extraits aqueux et organique d’E.abyssinica et R.erythroïdes ont des effets molluscicides et R.erythroïdes était plus efficace contre Biomphalaria pfeifferi du fait que ses extraits tant organiques qu’aqueux présentent les concentrations létales CL50  plus faibles soient 0,14 mg/ml et 0,5 mg/ml contre 0,8 ml/ml et 0,6mg/ml d’E. abyssinica.

UTILISATION DU JUS DE CITRON DANS LA NUMERATION LEUCOCYTAIRE : VERS LA MISE AU POINT D’UN REACTIF LOCAL DE TYPE TÜRK

 

Wakeka K. Cl. 1, Balegamire B.JP2

1Section Techniques de Laboratoire

 2 Section santé Publique

ISTM-Bukavu

 

Résumé

La numération des leucocytes dans un échantillon sanguin n’est possible que grâce a un réactif qui permet de lyser les globules rouges et les plaquettes en laissant intacts les globules blancs. Classiquement, le réactif Türk est connu pour ce genre d’analyse. Au cours de cette étude expérimentale et comparative, nous avons essayé de procéder à la numération des globules blancs en utilisant le jus de citron qui contient chimiquement des acides organiques qui joueraient le même rôle que celui joué par l’acide acétique du Türk dans la lyse des hématies et des plaquettes.

Le but de cette étude est  de comparer les résultats en termes d’efficacité du réactif Türk et du jus de citron. Ainsi nous avons successivement observé  l’effet du jus brut de citron sur les éléments sanguins, déterminé le volume du jus de citron pouvant lyser les autres éléments sanguin en laissant intact les globules blancs et comparé l’efficacité du jus de citron dans la numération leucocytaire par rapport à celle du réactif Türk.

Pour y arriver, nous avons tenu au mode opératoire qu’exige la numération leucocytaire en utilisant la cellule hématimètre de Neubauer et les résultats que nous avons obtenus ont montré, grâce aux tests Kruskal-Wallis et F (ANOVA), et à partir de 52 échantillons de sang veineux que :

-les deux réactifs ont lysé les globules rouges en laissant intacts les globules blancs à la dilution 1 : 20 et les différences des moyennes de GB/µl comptés ne sont pas significatives.

-il existe bien une variabilité à l’intérieur de ces échantillons aussi bien avec le jus de citron (Kruskal-Wallis : H = 506,40, dl = 51, P < 0,001) qu’avec le Türk  (Kruskal-Wallis : H = 502,83, dl = 51, P < 0,001) (Tableau 2).

-il n’existe pas de différence statistiquement significative entre les deux réactifs (One-way ANOVA : F (1,1039) = 0,52 ; P = 0,473).

-les points qui figurent sur la droite de régression semblent se regrouper autour d’une ligne droite, ce qui suggère une relation linéaire entre les deux réactifs (r2 = 1,015, Erreur standard = 0,006 et p<< 0,001).

Au vu de ces résultats, nous avons constaté que le jus de citron peut être substitué au réactif Türk dans la numération des leucocytes.

Ckabyuma@yahoo.com ou wclaude@ymail.com

 

Mots clés : Türk, Jus de citron, numération leucocytaire.

 

 

DETERMINANTS SOCIO-ECONOMIQUES DE LA QUALITE DES SOINS DE SANTE PAR LES PATIENTS DANS LES HOPITAUX DE REFERENCE DU DISTRICT SANITAIRE DE BUKAVU.

 

Cirhuza M. A., MPH, section santé publique

 

Résumé

Répondre aux besoins des malades ou patients, tout en respectant leurs dignité et droits humains, tel peut être le vœu de tout un chacun dans un contexte socio-économico-sanitaire humanisant. Les patients, bien que silencieux, ont une vision de la qualité des soins plus orientée vers les attitudes et pratiques des prestataires.

Les objectifs que poursuivait ce travail étaient d’apprécier les attitudes et considérations des bénéficiaires des soins prestés face à la qualité des soins, mais aussi d’évaluer le niveau d’intériorisation des patients des caractéristiques d’un bon hôpital pour leur assurer une bonne qualité des soins. Pour traiter les données, nous avons fait recours à l’analyse factorielle de correspondance et à celle de la variance.

Les attitudes et considérations des patients face à la qualité des soins leur réservés étaient jugées inefficaces, car basées sur un seul revenu du malade. Le revenu a donné des résultats qui sont significatifs. Le test réalisé sur cette variable prouve que les données admettent l’analyse de la variance (test de Levene = 8,7 supérieur à 0,05)

Le niveau d’intériorisation par les patients des caractéristiques d’un bon hôpital pour leur assurer une bonne qualité des soins était élevé, car les 27 items extraits ont des communalités supérieures à 0,50 et chacun distribue par plus de 50% à la signification de la dimension respective et l’alpha de Cronbach est attaché à l’ensemble (>0,60) considéré comme seuil minimum d’acceptation.

Mots-clés : Qualité des soins, santé, évaluation, patients, district de Bukavu

 

 

PERCEPTIONS POPULAIRES ET PROFESSIONNELLES DES DIARRHEES INFANTILES DANS LA VILLE DE BUKAVU,RD CONGO.

 

Wabatinga K.G, (1),  Balegamire Byenda JP, (1), Bahizire A, (2), Shamavu R, (2).

 

  • Institut Supérieur des techniques médicales de Bukavu.
  • Inspection Provinciale de la Santé de Sud-Kivu.

Adresse : Kwabatinga@ymail.com, jpbalegamire@yahoo.fr, drapobahizire@yahoo.fr.

Résumé.

Cette étude avait pour objectif d’évaluer la perception des parents et des prestataires des soins sur la prise en charge de la diarrhée chez les enfants de moins de 5 ans à Bukavu.

Pour les ménages, l’échantillonnage à deux degrés a été utilisé. Trente une  aires de santé constituant le district sanitaire de Bukavu ont été retenues. Les prestataires des soins ont été enrôlés de manière systématique dans les 31 centres de santé et 4 hôpitaux de référence

Sur quarante trois prestataires des soins contactés 22 soit 51,2% sont du niveau secondaire (infirmiers du niveau A2). Trente huit, soit 88,3% sont mariés et 70% de l’ensemble sont de sexe masculin. Sur 768 ménages enquêtés 21,9% sont sans profession précisée, Les infections ont été identifiées comme causes de diarrhée par 55,1% des enquêtés ; 333 soit 46,6% des ménages enquêtés reconnaissent au moins un épisode de diarrhée chez leurs enfants de moins de 5 ans au cours des 3 mois avant l’enquête.

Seulement 41,2% des mères des ménages enquêtés savent préparer le SRO. Les résultats montrent que la perception de la diarrhée infantile est influencée par le background socioculturel.  Une différence statistiquement significative a été observée en comparant les personnes ayant au moins le diplôme d’état à celles qui n’en avaient pas.

Mots clés : Perception populaire, professionnels de santé, Diarrhée infantile.

Institut Supérieur des Techniques Medicales © 2016 Design by iscom