Volume I Numéro 2, Juillet – Décembre 2013

FACTEURS démographiques et socioeconomiques INFLUENçANT L’INCIDENCE DU CHOLERA DANS LA ZONE DE SANTE URBAINE D’IBANDA.. 2

Wimba Kayange L1, Amiri Ngoy wa M. 1, Kyenda Sulika D2 et Musafiri Mulali-wazo I1  3

EVALUATION DES SOINS DE SANTE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH DANS LES CENTRES DE TRAITEMENT AMBULATOIRE DE BUKAVU.. 4

Maneraguha K., Lunjwire PP, Kyambikwa B. C., Balegamire Byenda J-P. 4

FACTEURS INFLUENÇANT LA FAIBLE PARTICIPATION DES FEMMES ENCEINTES AU DEPISTAGE VOLONTAIRE DU VIH DANS LA ZONE DE SANTE D’IBANDA.. 5

Kyambikwa Bisangamo1 C., Kisimba Mbuze M.,Mulongo Mbarambara Ph. 5

ENFANTS DANS LA RUE DE BUKAVU ET QUELQUES MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES  6

Wakeka Kabyuma Cl1., Kyambikwa Bisangamo C1., Mulongo Mbarambara Ph2., Mudimba Lamata M3. 6

FACTEURS ASSOCIES AUX INFECTIONS POST-OPERATOIRES DANS LES SERVICES DE CHIRURGIE ET DE GYNECO-OBSTETRIQUE ;   CAS DE L’HGR – PANZI A BUKAVU, AUSUD-KIVU.. 8

1Mitima K. T., BahatiP.K.2, Bope K.B.2, Kivukuto M.J.2. 8

FACTEURS ASSOCIES A LA SCHIZOPHRENIE CHEZ LES MALADES MENTAUX CONSULTES AU CENTRE DE SOINS DE SANTE MENTALE DE KARHALE. 10

  1. Shabani Malekezi1, C. Mukosa Vumilia 1, C. Matabaro Mukembanyi 2, C. Kyambikwa Bisangamo 3 10

FACTEURS FAVORISANT LA RECHUTE DES MALADES MENTAUX SUIVIS AU CENTRE PSYCHIATRIQUE SOSAME DE BUKAVU   11

  1. Matabaro Mukembanyi1, C. Kyambikwa Bisangamo2, E. Biringanine Mushagalusa1, J. Shabani Malekezi3 11

ETAT NUTRITIONNE L, ACTIVITE PHYSIQUE ET PROFIL DE LA TENSION ARTERIELLE CHEZ LES PECHEURS DE LA VILLE DE BUKAVU.. 12

René Nyaminani Nyamwanga*, Léon Phaka**, Kashongwe Z Munogolo***   12

ELEVAGE DES COBAYES (CAVIA PORCELLUS) COMME MOYEN DE LUTTE CONTRE L’INSECURITE ALIMENTAIRE DANS LES TERRITOIRES DE WALUNGU, KABARE ET KALEHE AU SUD-KIVU, DANS L’EST DE LA RD CONGO   14

Casinga Bisimwa Bertin ¹ 14

PHENOTYPIC CHARACTERIZATION OF CAVIES (CAVIA PORCELLUS) IN THE TERRITOIRES OF WALUNGU, KABARE AND KALEHE IN SUD-KIVU, EASTERN DR CONGO.. 15

Casinga Bisimwa Bertin ¹ 15

NIVEAU DE REFERENCE DOSI METRIQUE ET PRATIQUE DE LA RADIO=PEDIATRIE DANS TROIS HOPITAUX GENERAUX DE BUKAVU ; SUD –KIVU, EN RDCONGO.. 16

Bope kwete M [1], Kalakuko K [2] 16

KYSTES ODONTOGENES : « UN CAS CLINIQUE OBSERVE A L’HOPITAL PROVINCIAL GENERAL DE REFERENCE DE BUKAVU »   17

* Mwendapeke Libert,    * Kalala Germain, 17

FACTEURS démographiques et socioeconomiques INFLUENçANT L’INCIDENCE DU CHOLERA DANS LA ZONE DE SANTE URBAINE D’IBANDA

 

Wimba Kayange L1, Amiri Ngoy wa M. 1, Kyenda Sulika D2 et Musafiri Mulali-wazo I1   

 

1ISTM-Bukavu, 2ISP-Bukavu

Auteur correspondant : louisettewimba@yahoo. fr

 

Résumé

Objectif : Identifier les facteurs de risque de choléra dans la zone de santé urbaine d’Ibanda.

Méthode : Cette étude transversale analysant les facteurs de risque du choléra dans la zone de santé d’Ibanda s’est déroulée entre mars et juin 2012. Les principaux facteurs présomptifs d’exposition à cette pathologie ont été investigués grâce à une enquête-ménage, exclusivement dans les 8 aires de santé victimes du choléra au courant du septennat précédant. Ces dernières ont été préalablement identifiées grâce aux données recueillies dans les registres du centre de traitement du choléra (CTC) de l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu (HPGRB). Ces aires de santé se trouvent pratiquement toutes dans les parties défavorisées de la ville de Bukavu.

 

Résultats : Les résultats de l’analyse univariée montrent que dans la zone de santé d’Ibanda, l’incidence du choléra est apparemment influencée par l’ensemble des paramètres investigués et cela de manière très significative. En effet, le choléra s’installe préférentiellement dans la périphérie de la ville de Bukavu où il attaque plus les ménages caractérisés par l’insalubrité, la promiscuité, le manque d’eau potable, la pauvreté et dont les responsables sont moins instruits, les victimes étant souvent les enfants de moins de 10 ans. Mais l’analyse multivariée ne dévoile que 3 paramètres influents : l’insalubrité (P< 0.001), la promiscuité (P<0.01) et le manque d’eau potable (P<0.05). Toutefois, d’un point de vue épidémiologique, seules l’insalubrité et la promiscuité s’expriment réellement comme facteurs de risque (OR>1).

Mots-clés : Facteur de risque, incidence du choléra, zone de santé d’Ibanda.

 

EVALUATION DES SOINS DE SANTE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH DANS LES CENTRES DE TRAITEMENT AMBULATOIRE DE BUKAVU

 

Maneraguha K., Lunjwire PP, Kyambikwa B. C., Balegamire Byenda J-P

 

I.S.T.M./Bukavu, RDC. Auteur correspondant : fkajiramugabi@yahoo.fr

 

Résumé

Objectif : Apprécier les soins de santé des personnes vivant avec le VIH/Sida suivies dans les Centres de traitement ambulatoire de Bukavu.

Méthode : Dans une étude descriptive transversale réalisée entre les mois de février et juin 2012 au sein de cinq centres de traitement ambulatoire (CTA) du district sanitaire de Bukavu, nous avons évalué les soins et services de santé reçus par les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) suivies et cela sur base de leurs déclarations et des données recueillies dans leurs dossiers médicaux.

Résultats : Les résultats indiquent que les soins de santé reçus par les PVVIH suivies dans les CTA de Bukavu ne sont pas globaux. En effet, (i) seuls les antirétroviraux sont régulièrement et gratuitement accessibles pour les personnes vivant avec le VIH. (ii) Le suivi biologique, la prévention et le traitement des infections opportunistes ne sont pas assurés et restent pour la plupart à charge des seuls patients, ce qui limite l’accès des PVVIH aux soins de qualité. (iii) L’assistance nutritionnelle n’est pas complètement intégrée dans les soins reçus par les PVVIH. Cependant, elles bénéficient d’un accompagnement psychosocial équitable et se sentent bien acceptées dans leurs milieux des soins, ce qui améliore globalement leur état de santé.

Enfin, cette étude a démontré que les soins de santé des PVVIH à Bukavu sont efficaces mais non globaux. Le traitement antirétroviral et l’accompagnement psychosocial sont assurés et gratuits. Cependant, l’insuffisance du suivi biologique, du soutien nutritionnel, de prévention et du traitement des infections opportunistes limite ainsi une prise en charge globale de meilleure qualité.

Mots-clés : Soins de santé, VIH/SIDA, Personnes vivant avec le VIH, Centres de traitement ambulatoire.

 

FACTEURS INFLUENÇANT LA FAIBLE PARTICIPATION DES FEMMES ENCEINTES AU DEPISTAGE VOLONTAIRE DU VIH DANS LA ZONE DE SANTE D’IBANDA

 

Kyambikwa Bisangamo1 C., Kisimba Mbuze M.,Mulongo Mbarambara Ph.

 

1Section Techniques de Laboratoire, Institut Supérieur des Techniques Médicales de Bukavu, RD Congo

2Section Santé Communautaire, Institut Supérieur de Management de Bukavu, RD Congo

3Section Sciences Infirmières, Institut Supérieur des Techniques Médicales de Bukavu, RD Congo

Corresponding author (C. Kyambikwa Bisangamo): celekyambis@yahoo.fr

Mobile phone: +243997769126, +243843642359, +250788673301

 

Résumé : La transmission mère-enfant du VIH reste la cause principale du Sida observé chez l’enfant. L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs liés à la faible participation des femmes enceintes au dépistage volontaire du VIH dans la zone de santé d’Ibanda.

Une étude transversale a été menée pendant la période allant de janvier 2013 à août 2013 auprès des femmes enceintes fréquentant les sites PTME dans la zone de santé d’Ibanda. Un échantillonnage systématique a été effectué et la taille de l’échantillon était de 212 femmes.

Les facteurs tels que la résidence des femmes enceintes, la primiparité, le niveau d’instruction bas, la peur de maltraitance par les maris, la causerie éducative lors des séances des PTME et la mauvaise qualité du counseling influencent la faible participation des femmes enceintes au dépistage volontaire du VIH.

Mots clés : Facteurs, Femmes enceintes, dépistage volontaire, VIH

 

ENFANTS DANS LA RUE DE BUKAVU ET QUELQUES MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES

 

Wakeka Kabyuma Cl1., Kyambikwa Bisangamo C1., Mulongo Mbarambara Ph2., Mudimba Lamata M3.

1Section Techniques de Laboratoire, 2Section Sciences Infirmières, 3Section Santé Publique, ISTM-Bukavu, RD Congo.

Auteur correspondant : Cl. Wakeka Kabyuma1

Téléphone portable : +243 813178489.  E-mail : ckabyuma@yahoo.com / wclaude@ymail.com

 

Résumé :

L’objectif de cette enquête était de décrire la situation sanitaire des enfants de la rue de la ville de Bukavu face à quelques pathologies infectieuses et parasitaires dans le but de contribuer à l’amélioration de leur état sanitaire.

Une étude transversale était conduite de juillet à octobre 2006 à Bukavu pour comprendre la situation des enfants en rupture familiale communément appelés « Enfants de la rue » face aux infections. Pour cela 121 enfants ont été sélectionnés et une interview a été réalisée selon un questionnaire préétabli.

Comme résultats, nous avons observé que l’âge moyen de ces enfants était de 15,3 ans ± 2,9 ; 99,2% étaient de sexe masculin, deux tiers de ces enfants n’avaient pas terminé l’école primaire et un tiers était analphabète. Presque la moitié des enfants enquêtés souffraient des parasitoses intestinales dont les plus courantes étaient l’ascaridiose, la trichocéphalose et l’amibiase. Le paludisme était à 12,4% et la salmonellose à 8,3%. L’infection à VIH/sida était à 36% pour les enfants qui ont accepté de faire volontairement le test de dépistage du VIH.

Cette enquête retient un taux élevé des parasitoses. Le paludisme, la salmonellose et l’infection au VIH y sont forts représentés. Une éducation préventive apparait comme une alternative pour améliorer les conditions sanitaires des enfants en rupture familiale.

Mots clés : Enfants,  rue et infections

 

 

 

 

FACTEURS ASSOCIES AUX INFECTIONS POST-OPERATOIRES DANS LES SERVICES DE CHIRURGIE ET DE GYNECO-OBSTETRIQUE ;   CAS DE L’HGR – PANZI A BUKAVU, AUSUD-KIVU

1Mitima K. T., BahatiP.K.2, Bope K.B.2, Kivukuto M.J.2

 

Contact : Théophile Mitima Kashosi, ISTM – Bukavu, Section Techniques de Laboratoire. Téléphone : +243 85 39 81 000 et +243 99 38 90 903, E-mail : theokashosi@yahoo.fr. ou mtkashosi@gmail.com

 

Résumé :

L’objectif de cette étude était d’estimer la prévalence d’infections post-opératoire et dégager les différents facteurs associés aux infections post-opératoires en cas d’intervention chirurgicale à l’Hôpital Général de Référence (HGR) de Panzi. C’est ainsi que nous avons organisé une enquête pendant une journée à l’HGR de Panzi. Elle consistait à prélever les données en rapport avec toute infection post – opératoire active auprès des patients hospitalisés et opérés depuis plus de 48 heures. Pour les résultats de Bactériologie, une durée de 48 heures supplémentaires a été nécessaire pour obtenir les résultats d’analyses en cours. Nous avons considéré comme facteurs associés à l’infection post opératoire, tout facteur qui nous a donné au calcul statistique la valeur de p inférieur à 0,05 avec un intervalle de confiance excluant 1 aux extrémités. Les résultats suivants ont été obtenus : la prévalence des infections post-opératoires à l’HGR de Panzi est estimée à 33,8%. Les facteurs épidémio-cliniques associés à ces infections sont  l’âge (p =0,0009), le sexe féminin (p=0.008), le bas niveau d’instruction (p=0,000018),  la nature de la chirurgie (Chirurgie de classe I ou II et Chirurgie de classe III ou IV d’Altemeier) (p=0,0019), la reprise du malade au bloc opératoire (p=0,0021) et le long séjour à l’hôpital (p=0.00011). Après une analyse multi variée, seule la reprise au bloc opératoire, la prolongation de la durée moyenne de séjour et la nature septique de l’intervention (Chirurgie de classe III ou IV) sont retenues comme principaux facteurs associés aux infections post-opératoires à l’HGR de Panzi.

Mots clés : Infections Associées aux Soins, Infections post-opératoires, Bukavu, RD Congo.

 

 

 

 

 

 

FACTEURS ASSOCIES A LA SCHIZOPHRENIE CHEZ LES MALADES MENTAUX CONSULTES AU CENTRE DE SOINS DE SANTE MENTALE DE KARHALE

J. Shabani Malekezi1, C. Mukosa Vumilia 1, C. Matabaro Mukembanyi 2, C. Kyambikwa Bisangamo 3

 

1Section EASI, 2Section Sciences, 3Section Techniques de Laboratoire, I.S.T.M./Bukavu, RD Congo.

 

Corresponding author (C. Kyambikwa Bisangamo): celekyambis@yahoo.fr

Mobile phone: +243997769126.

 

Résumé : Les troubles mentaux ont des conséquences fâcheuses sur le plan physique. Ils compromettent sans nul doute l’issue des pathologies qui les accompagnent et élèvent la vulnérabilité aux troubles comme le souligne l’OMS.

L’objectif de cette étude était d’identifier les facteurs associés à la schizophrénie chez les malades mentaux suivis au centre psychiatrique SOSAME de Karhale.

Nous avons mené une étude rétrospective couvrant la période du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2012, basée sur les dossiers 309 malades mentaux souffrant de la psychose consultés au Centre Psychiatrique SOSAME. Les données ont été traitées avec le logiciel Epi info 3.5.4.

Nos résultats ont montré que la présence d’un cas de schizophrénie dans la famille et l’état civil étaient en  association avec la survenue de la schizophrénie chez les malades mentaux consultés au Centre SOSAME entre 2011 et 2012.

Le gouvernement congolais doit rétablir la sécurité et garantir l’intégrité territoriale pour diminuer les traumatismes et stress  liés aux affres des guerres à répétition et à la pauvreté. Il doit doter le programme national de santé mentale des moyens et ressources suffisantes pour lui permettre d’améliorer la qualité des soins et favoriser  l’accessibilité de la population aux soins.

Mots clés : Facteurs, Schizophrénie, Malades mentaux, Soins de santé mentale

 

 

FACTEURS FAVORISANT LA RECHUTE DES MALADES MENTAUX SUIVIS AU CENTRE PSYCHIATRIQUE SOSAME DE BUKAVU

C. Matabaro Mukembanyi1, C. Kyambikwa Bisangamo2, E. Biringanine Mushagalusa1, J. Shabani Malekezi3 

 

1Section Sciences Infirmières,

2Section Techniques de Laboratoire, 3Section EASI, I.S.T.M./Bukavu, RD Congo

Corresponding author: C.Kyambikwa Bisangamo: celekyambis@yahoo.fr

Mobile phone: +243997769126.

 

Résumé : Dans la région de Grands Lacs et en particulier à l’Est de la RD du Congo, le taux des problèmes mentaux est élevé ; 15 millions de congolais  sont  touchés par ces problèmes.  Le cycle de rechute aboutit à une crise grave qui rend la personne totalement incapable de fonctionner pendant une certaine période de temps, voire la détérioration de tous les domaines de sa vie.

L’objectif de cette étude était de déterminer les facteurs influençant la rechute des malades mentaux suivis au Centre Psychiatrique SOSAME de Bukavu. Nous avons mené une étude transversale auprès des malades mentaux suivis au Centre SOSAME au cours de la période allant de décembre 2011 jusqu’en mars 2012. Un échantillon des 89 malades mentaux a été enquêté.  Nos données ont été saisies et traitées au moyen des logiciels Excel et Epi Info version 3.4.1. Les résultats de notre enquête ont montré que l’âge moyen des malades mentaux enquêtés était de 36,4 ans, les hommes étaient plus nombreux que les femmes. Pour l’état civil, 60,7 % sont des séparés ; 60,7 % œuvrent dans le secteur privé. La majorité des patients provenaient de la commune de Kadutu. Le taux de rechutes est de 55 %. Nous avons noté une différence statistiquement significative entre la rechute et les variables étudiées ci-dessous : la profession de nos enquêtés, la fréquence d’hospitalisation, l’encadrement après hospitalisation et les séances éducationnelles. Les résultats de l’analyse multivariée par la régression logistique nous ont montré que seul le non encadrement des patients après hospitalisation était un facteur influençant la rechute.

Mots clés : Facteurs, Rechute, Malades mentaux

 

 

ETAT NUTRITIONNE L, ACTIVITE PHYSIQUE ET PROFIL DE LA TENSION ARTERIELLE CHEZ LES PECHEURS DE LA VILLE DE BUKAVU

 

 René Nyaminani Nyamwanga*, Léon Phaka**, Kashongwe Z Munogolo***

* Section Nutrition et Diététique ISTM-Bukavu ** ISTM/Kinshasa

*** Faculté de Médecine Université de Kinshasa

Mail:bukavuistm@yahoo.fr

 

Résumé

 

  1. Objectif : déterminer la tendance de la tension artérielle chez les pêcheurs de la ville de Bukavu, en vue de proposer des approches préventives.
  2. Matériel et Méthode : l’étude est du type transversal, a été menée au mois de Mai 2013  avec un échantillonnage opportuniste portant sur 111 pécheurs soit 8% du total. Pour trouver le statut nutritionnel des sujets enquêtés, nous nous sommes basés sur la classification de l’OMS de 1997 pour les adultes (11). Les données ont été analysées par le logiciel SPSS 15.0.
  3. Résultats: La prévalence de la malnutrition était  de 20,7%, de l’obésité était du premier stade était de 32,4% enfin celle de l’obésité de 2ème stade était de 4,5%. L’hypertension artérielle (>139/89) était de 9,9% chez les pêcheurs enquêtés.  11 pêcheurs soit 9,9% avaient une glycémie supérieure à 200mg/dl.  La régression linéaire montre que, seuls les variables ; âge, IMC et  glycémie, influencent la tension artérielle chez les pêcheurs enquêtés.
  4. Conclusion : La MPE et l’obésité coexistent dans le groupe des pécheurs de la ville de Bukavu avec une prévalence respective de 23% et de 37%. La prévalence du diabète est de 9.9%. L’hypertension artérielle se présente comme un problème de santé dans le groupe de pécheurs avec toutes les conséquences qui l’accompagnent.

ELEVAGE DES COBAYES (CAVIA PORCELLUS) COMME MOYEN DE LUTTE CONTRE L’INSECURITE ALIMENTAIRE DANS LES TERRITOIRES DE WALUNGU, KABARE ET KALEHE AU SUD-KIVU, DANS L’EST DE LA RD CONGO

 

Casinga Bisimwa Bertin ¹

¹Laboratoire de Biologie Moléculaire

Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM-Bukavu)

 

Résumé

La sécurité alimentaire reste un des grands problèmes dans les territoires de Walungu, Kabare et Kalehe, au Sud-Kivu. Ceci est principalement dû à la perte des grands élevages et au déplacement des populations, à cause des situations d’insécurité causée par les différentes guerres. Pour couvrir leurs besoins en protéines d’origine animale, les populations de ces différents territoires se sont tournées vers l’élevage des cobayes (Cavia porcellus L.). La présente étude avait pour principal objectif de faire l’inventaire des élevages des cobayes dans les territoires de Walungu, Kabare et Kalehe. Après avoir interviewé 250 éleveurs de cobayes et pris des paramètres morpho métriques de 204 cobayes dans 37 villages de ces trois territoires, nous avons remarqué que le système d’élevage des cobayes dans les territoires de Walungu, Kabare et Kalehe reste extensif.  Les cobayes sont en majorité élevés à même le sol dans la maison, la taille moyenne de la portée par mise bas est de 4.1 cobayes et seulement 2.8 en moyenne survivent jusqu’à l’âge adulte. Les animaux adultes pèsent en moyenne 624g et leur prix de vente dans les marchés locaux est de 1529 Francs congolais. Ces résultats suggèrent que ce système extensif de production de cobayes conduit à une faible productivité, un taux élevé de mortalité et de consanguinité.

 

 

PHENOTYPIC CHARACTERIZATION OF CAVIES (CAVIA PORCELLUS) IN THE TERRITOIRES OF WALUNGU, KABARE AND KALEHE IN SUD-KIVU, EASTERN DR CONGO

 

Casinga Bisimwa Bertin ¹

¹Molecular Biology Laboratory

Institut Supérieur des Techniques Médicales (ISTM-Bukavu)

 

Abstract

The main objective of this study was to characterize, using different morphological traits, the cavy populations in the territoires of Walungu, Kabare and Kalehe, in the province of Sud-Kivu, eastern DR Congo. After collecting morphometric data on 204 cavies located on 37 villages in Walungu, Kabare and Kalehe, using a biodata sheet, it resulted from this study that the main coat colors are plain colors (white, yellow, black) and mosaic coat colors (white-black, black-yellow, white-black-yellow). Males generally weigh, or are heavier, than females. Most animals are blue eye colored.

 

NIVEAU DE REFERENCE DOSI METRIQUE ET PRATIQUE DE LA RADIO=PEDIATRIE DANS TROIS HOPITAUX GENERAUX DE BUKAVU ; SUD –KIVU, EN RDCONGO

Bope kwete M [1], Kalakuko K [2]

(1)  ISTM-Bukavu/Radiologie

(2) ISTM-Bukavu/ Techniques pharmaceutiques

 Auteur correspondant : Bope Kwete Minga

E-mail  : bopekwete55@yahoo.fr

 

Résumé

La présente étude avait pour but d’évaluer la dose délivrée en radiodiagnostic chez les enfants pour les explorations courantes. Pour y arriver, les paramètres radio physiques pour le calcul des doses d’entrée (DE) relatives à ces explorations ont été prélevés dans les services de radiologie de trois hôpitaux : Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu(HPGRB), Hôpital Général de Panzi et la Clinique de l’Université Officielle de Bukavu (UOB). Après comparaison des doses obtenues à l’entrée de ces services avec celles de la Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR), les services de radiologie de l’HPGRB et celui de la Clinique de l’UOB se sont révélés très irradiants pour les enfants. Un contrôle régulier des unités ainsi que le remplacement des matériels hors-norme ont été recommandés car les valeurs respectives des paramètres radio physiques produites en dépendent.

Mots clés : Radiodiagnostic, Dosimétrie pédiatrique, Niveaux de Référence des Doses (NRD) ou Doses d’Entrée (DE), évaluation

 

 

 

KYSTES ODONTOGENES : « UN CAS CLINIQUE OBSERVE A L’HOPITAL PROVINCIAL GENERAL DE REFERENCE DE BUKAVU »

 

* Mwendapeke Libert,    * Kalala Germain,

HPGR Bukavu-ISTM/Bukavu

 

Résumé

La présente étude porte sur un cas clinique pris en charge pour un kyste odontogène bénin.

Les kystes odontogènes des maxillaires constituent une pathologie dont les aspects cliniques, radiologiques et évolutifs sont considérablement polymorphes. Ainsi, le diagnostic positif ne peut être établi qu’après un examen anatomopathologique qui permet aussi le diagnostic différentiel entre les différentes lésions dont les aspects cliniques et radiologiques prêtent souvent à confusion.

Les kystes odontogènes sont fréquents et intéressent tout âge.

Généralement les kystes odontogènes sont des lésions d’évolution lente et ne sont découvertes que lorsqu’elles retentissent sur les organes de voisinage (tissus mous, osseux, dents). Leur découverte peut être fortuite. Dans 95% des cas le symptôme majeur, souvent isolé et révélateur est la tuméfaction du maxillaire suivie des déplacements et algies dentaires. Lorsqu’ils sont palpables, ils sont généralement dépressibles.

Le présent cas clinique étudié est de sexe féminin, âgée de 53 ans qui avait consulté premièrement pour une odontalgie avec une tuméfaction gingivale faisant penser à une périodontite. Malgré le traitement instauré, deux semaines après, la patiente est revenue avec une tuméfaction mandibulaire étendue. L’examen clinique a noté en plus une mobilité dentaire. Comme diagnostic présomptif, nous avons pensé à un kyste mandibulaire et dont l’examen radiologique a mis en évidence une ostéolyse (à paroi régulière). L’examen anatomopathologique a identifié un Kyste odontogène bénin.

Le traitement d’un kyste odontogène consiste en :

  • Son énucléation ou Kystectomie ou
  • Sa marsupialisation ou kystotomie; dans les deux cas, le patient doit être sous couverture d’antibiotique.

Mots clés : Kystes, Odontogènes

 

 

Institut Supérieur des Techniques Medicales © 2016 Design by iscom